Archives de catégorie : Non classé

Exposition Wave – L’ingéniosité collective

Très belle expo que cette expo Wave à la Villette. Celle-ci vise à démocratiser les connaissances sur l’économie collaborative.

Il faut dire qu’entre co-création, makers, économie inclusive, économie circulaire, économie du partage, il y a de quoi s’y perdre.

Petit tour d’horizon de ce nouveau monde qui change la donne de l’économie traditionnelle.

En guise d’introduction, la carte des différentes dimensions de ce mouvement proposée sous forme de Mindmap nous donne une bonne vision des ramifications étendues (cliquez-dessus pour afficher la carte complète).

Wave
Mindmap – ingéniosité collective

Pourquoi l’employé social est-il important ?

Voici un livre important à signaler sur la transition numérique via l’humain. Il s’agit de “The Social Employee”, écrit par Cheryl et Mark Burgess.

Ils partent du constat que 90% des consommateurs ne croient plus en la publicité mais que 78% croient au bouche à oreille entre pairs. Pour ces auteurs, les collaborateurs de l’entreprise sont les mieux placés pour véhiculer l’image de marque de leur entreprise. Le livre s’appuie sur des exemples d’entreprises ayant implémenté une telle démarche.

 

The Social Employee: How Great Companies Make Social Media Work

 

 

Vous trouverez un Ted X de Mark Burgess ci-dessous :

 

 

 

Quand arrêter d’être présent sur Facebook ?

Ayant dépensé beaucoup d’argent et de temps à développer leur audience sur Facebook, de plus en plus d’annonceurs se demandent s’il est encore utile d’y assurer une présence.

Facebook-logo-PSD[1]

La réponse se situe en fonction du stade de maturité de l’entreprise sur ce média. Deux cas de figures émergent :

1- l’entreprise  apprend encore de ses clients et prospects grâce à sa présence sur Facebook,

Dans ce cas il est important que l’entreprise continue à assurer sa présence et à tester son territoire de prise de parole. Les retours de ses clients lui seront précieux tant en termes d’image que de connaissance client.

2- l’entreprise rencontre un tassement de sa croissance de membres,

Cela est le cas pour de nombreuses entreprises présentes depuis de nombreuses années sur Facebook. Elle doit tirer des leçons de ce qu’elle a appris de sa présence et décliner ces apprentissages dans le coeur de son activité. Cela peut amener à :

– intégrer une dimension sociale dans son offre de service

– faire monter en compétences ses collaborateurs, notamment dans les services Marketing, Communication, RH, Relation client…

 

 

Cela amènera l’entreprise à prendre des décisions sur la socialisation de son activité. En affirmant cela elle pourra mieux cerner l’apport de Facebook à sa stratégie et décider ou non de son investissement au sein de cette plateforme.

Le web 2012 : le digital va changer le monde !

La semaine dernière à Paris prenait place la 6e édition du Web, la conférence annuelle de l’innovation digitale.

Pour moi c’était une première et j’ai été bluffé par la qualité globale des contenus et des participants. Quelle chance d’avoir ce type d’évènement à Paris.

Si on ne devait revenir qu’une chose : le digital va changer le monde ! (enfin les humains derrière)

En redescendant presque sur terre, voici les principales tendances qui vont nous y aider :

1. Le monde a changé et se transforme vite
Plus de place pour le business à la papa,  les acteurs traditionnels sont forcés à changer pour rester compétitifs. Même les pure players doivent faire évoluer leur modèle.

Axel Dauchez de chez Deezer m’a particulièrement convaincu par son analyse : c’est en engageant les clients au travers de la musique que l’on subsistera. Pas seulement en étant une plateforme de distribution technique.

2. Le social media : le marketing de demain
Plus il y a de digital, plus il y a besoin de contact, tel pourrait être l’introduction du chapitre sur le social media.
On entre dans le monde de l’émotion, qui permet de générer une relation forte à la marque.
Le social est alors vecteur de différenciation dans le ton et donc d’innovation.
« Talk is cheap, silence is fatal » : the cluetrain manifesto.
Les gens racontent des histoires sur leurs propres canaux et les marques vont progressivement aller vers eux. Les gens veulent montrer combien ils sont cool. La marque doit leur montrer qu’ils le sont. Le contenu est déterminant.
Les produits incluent une couche sociale : ex. : je like la canette Coke
Tendance aux études marketing sur les médias sociaux et au design en temps réel.
L’intégration de la marque dans Facebook est délicate et fine à régler.

3. La responsabilité sociale des entreprises
Désormais les entreprises pour croître doivent inclure la RSE.
Les valeurs fondamentales sont : transparence, authenticité, vitesse
Le social media est le vecteur n°1 de la responsabilité sociale.
A lire : David Jones, Havas : Who cares wins + vidéo lors du web

4. L’évolution de la relation au travail
Il ne s’agit plus de chercher un emploi mais de s’en créer un.
Il s’agit de faire ce que l’on aime / la passion car c’est ce qui permettra de convaincre dans un monde ultra concurrentiel. Les moyens suivront.
Les organisations doivent s’adapter à ce nouvel état d’esprit. Les relations hiérarchiques sont décloisonnées. Commencez avec les gens que vous admirez. Passez un an avec eux.
De nombreux freins sont en place afin que l’organisation soit en mesure d’intégrer ces évolutions. Il s’agit de transformer la peur par la curiosité.

5. e-commerce (sponsoring de La Poste)
Le secteur du e-commerce est très difficile. Peu d’acteurs émergent. La croissance du secteur se fait surtout par l’entrée de nouveaux acteurs. Les pure players se font racheter progressivement, notamment par les enseignes traditionnelles.
On constate une digitalisation du point de vente. Il va s’agir de trouver des magasins pilotes et des employés champions au sein de la marque.
Dans les sociétés traditionnelles, le social media n’est pas l’affaire du e-commerce, il est transverse.

6. Crowdfunding
Les plateformes Kickstarter, indiegogo, quirky permettent aux utilisateurs de soumettre leurs idées ou produits pour les faire financer. Elles sont structurantes pour l’écosystème start up aujourd’hui.

7. Les données / le big data
Les données sont volumineuses, il s’agit de mieux les exploiter. La question est de trouver le chercheur et les algorithmes qui seront en capacité de les analyser.
Les données sont à croiser pour avoir une représentation fine de la réalité (passer du SD au HD).
Ce n’est plus une punition de lire les données.

8. Internet of Things (IoT), thème 2012
Il s’agit de réaliser le modèle digital du monde réel, d’amener le monde physique online, de réaliser le graph physique.
Rapidement de nombreux objets vont communiquer entre eux au travers de l’internet pour nous donner des informations personnalisées. Ex. : la santé.

L’effet Whuffie – Un ouvrage de référence en Community Management

Ecrit il y a deux ans, je ne saurai que trop vous recommander la lecture de l’effet Whuffie par Tara Hunt.

L'effet Whuffie

Le whuffie est une monnaie qui symbolise la valeur des échanges non monétaires entre les hommes.

C’est un principe d’achat (on me donne) et de revente (je donne). L’idée est d’équilibrer les deux pour amorcer un cercle vertueux. Ceci est à rapprocher du Community Management : donner à la communauté pour éventuellement recevoir en retour. De mettre en avant les membres actifs et pertinents pour qu’ils s’investissent toujours plus dans la communauté.

A lire et à relire donc pour s’imprégner de cette posture.