Tous les articles par Benoit Martin

“Ce n’est pas une crise, c’est un changement de monde”* Profitons-en !

Le monde est entrain de réaliser que nous ne vivons pas une crise mais que nous assistons plutôt à une mutation globale de notre système, une troisième révolution industrielle.
Ce monde, basé sur la “multitude”, l’abolition des frontières entre la vie pro / perso, le renversement des pouvoirs est entrain de changer complètement le système établi entraînant sur son passage de multiples crises. Tous les secteurs de l’économie sont concernés et l’emploi n’est pas en reste, bien au contraire.

Cela se traduit pour l’emploi par de nouvelles postures à adopter : le savoir travailler en mode non hiérarchique et créer de la valeur à partir des échanges. Les notions de coworking, crowdsourcing, crowdfunding sont les nouveaux concepts en vogue. Les mouvements workisnotajob.com et Holstee des dérivées.

Nous ne sommes pas des demandeurs d’emploi mais des créateurs d’emploi en puissance !

Ce monde sera notamment porté par les réseaux sociaux. Nous avons la chance d’être des pionniers. Profitons-en pour montrer le chemin !

Il reste donc tout à inventer et surtout à transformer. Flippant mais suffisamment porteur d’espoir pour puiser en nous l’énergie dont on aura besoin pour cette nouvelle année qui s’ouvre à nous  !

Excellente année à toutes et à tous !

 

* Michel Serres : http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Serres-Ce-n-est-pas-une-crise-c-est-un-changement-de-monde-583645

Le web 2012 : le digital va changer le monde !

La semaine dernière à Paris prenait place la 6e édition du Web, la conférence annuelle de l’innovation digitale.

Pour moi c’était une première et j’ai été bluffé par la qualité globale des contenus et des participants. Quelle chance d’avoir ce type d’évènement à Paris.

Si on ne devait revenir qu’une chose : le digital va changer le monde ! (enfin les humains derrière)

En redescendant presque sur terre, voici les principales tendances qui vont nous y aider :

1. Le monde a changé et se transforme vite
Plus de place pour le business à la papa,  les acteurs traditionnels sont forcés à changer pour rester compétitifs. Même les pure players doivent faire évoluer leur modèle.

Axel Dauchez de chez Deezer m’a particulièrement convaincu par son analyse : c’est en engageant les clients au travers de la musique que l’on subsistera. Pas seulement en étant une plateforme de distribution technique.

2. Le social media : le marketing de demain
Plus il y a de digital, plus il y a besoin de contact, tel pourrait être l’introduction du chapitre sur le social media.
On entre dans le monde de l’émotion, qui permet de générer une relation forte à la marque.
Le social est alors vecteur de différenciation dans le ton et donc d’innovation.
« Talk is cheap, silence is fatal » : the cluetrain manifesto.
Les gens racontent des histoires sur leurs propres canaux et les marques vont progressivement aller vers eux. Les gens veulent montrer combien ils sont cool. La marque doit leur montrer qu’ils le sont. Le contenu est déterminant.
Les produits incluent une couche sociale : ex. : je like la canette Coke
Tendance aux études marketing sur les médias sociaux et au design en temps réel.
L’intégration de la marque dans Facebook est délicate et fine à régler.

3. La responsabilité sociale des entreprises
Désormais les entreprises pour croître doivent inclure la RSE.
Les valeurs fondamentales sont : transparence, authenticité, vitesse
Le social media est le vecteur n°1 de la responsabilité sociale.
A lire : David Jones, Havas : Who cares wins + vidéo lors du web

4. L’évolution de la relation au travail
Il ne s’agit plus de chercher un emploi mais de s’en créer un.
Il s’agit de faire ce que l’on aime / la passion car c’est ce qui permettra de convaincre dans un monde ultra concurrentiel. Les moyens suivront.
Les organisations doivent s’adapter à ce nouvel état d’esprit. Les relations hiérarchiques sont décloisonnées. Commencez avec les gens que vous admirez. Passez un an avec eux.
De nombreux freins sont en place afin que l’organisation soit en mesure d’intégrer ces évolutions. Il s’agit de transformer la peur par la curiosité.

5. e-commerce (sponsoring de La Poste)
Le secteur du e-commerce est très difficile. Peu d’acteurs émergent. La croissance du secteur se fait surtout par l’entrée de nouveaux acteurs. Les pure players se font racheter progressivement, notamment par les enseignes traditionnelles.
On constate une digitalisation du point de vente. Il va s’agir de trouver des magasins pilotes et des employés champions au sein de la marque.
Dans les sociétés traditionnelles, le social media n’est pas l’affaire du e-commerce, il est transverse.

6. Crowdfunding
Les plateformes Kickstarter, indiegogo, quirky permettent aux utilisateurs de soumettre leurs idées ou produits pour les faire financer. Elles sont structurantes pour l’écosystème start up aujourd’hui.

7. Les données / le big data
Les données sont volumineuses, il s’agit de mieux les exploiter. La question est de trouver le chercheur et les algorithmes qui seront en capacité de les analyser.
Les données sont à croiser pour avoir une représentation fine de la réalité (passer du SD au HD).
Ce n’est plus une punition de lire les données.

8. Internet of Things (IoT), thème 2012
Il s’agit de réaliser le modèle digital du monde réel, d’amener le monde physique online, de réaliser le graph physique.
Rapidement de nombreux objets vont communiquer entre eux au travers de l’internet pour nous donner des informations personnalisées. Ex. : la santé.

Les Social Media Command Centers

On voit fleurir, notamment aux Etats-Unis de nouvelles cellules au sein des organisations nommées Social Media Command Center.

Salesforce, Dell sont quelques unes des marques ayant déployé de telles cellules.

Le but : qualifier les demandes au sujet de la marque et des ses produits  pouvant émerger partout sur Internet et y répondre dans les meilleurs délais.

Des compagnies comme Radian 6 ou Listen Logic fournissent les outils de veille et d’engagement nécessaires afin de répartir l’activité entre les différents collaborateurs de la cellule.

La plupart de ces entreprises médiatisent leur cellule, preuve de leur orientation client. Elles sont d’autant plus enclines à le faire qu’elles adressent une cible BtoB, particulièrement sensible aux process clients.

Une vidéo de Salesforce médiatise leur Command Center sur leur chaîne Youtube :

 

Réseaux : Apprenez à vous connaître

Jean-Marie Blanc, directeur de l’institut du conseil Apec, m’a gentiment demandé de participer à son blog en répondant à la question suivante : “Quel conseil concret donneriez-vous à un chercheur d’emploi pour améliorer votre expérience des réseaux ?”

Voici ma réponse :

A notre époque du « vouloir tout et tout de suite », on en oublie parfois la qualité de notre vie… Et les réseaux sociaux ne font pas exception.

En effet, mieux vaut prendre son temps pour tisser des relations de proximité avec quelques personnes que de multiplier les contacts distants. Privilégiez la qualité à la quantité. Le temps bonifiera les relations authentiques, pas les relations artificielles.

Pour construire des relations vraies, il faut d’abord être soi même. Et lorsque l’on est soi-même on prend du plaisir. C’est alors queH vous commencerez à développer des relations durables et fructueuses.

Quand on sait que plaisir et passion sont sources de progression de carrière, on tient là un cercle vertueux, une sorte de développement durable de sa carrière.

Pour être soi même, encore faut-il savoir s’écouter et apprendre à se reconnecter avec ses intuitions.

Soyez vous-même, vous développerez ainsi votre employabilité !

Et vous quel serait votre conseil ?